Hofgut Ruppertsberg

 

http://www.foej-rlp.de/uploads/tx_foej/1424286357_P1040444.JPG http://www.foej-rlp.de/typo3temp/_processed_/csm_1424285411_P1040156_5d9b148fe7.jpg http://www.foej-rlp.de/uploads/tx_foej/1424286086_PICT7020.JPG

Hofgut Ruppertsberg
Obergasse 2
D-67152 Ruppertsberg
Site internet : www.dashofgut.com
Responsable : Jean-Philippe Aiguier

Le lieu de mission
Du jardin à l’assiette : La vie à la ferme, pré-verger, jardin aromatique, restaurant, élevage de volaille et commerce local

Le domaine, autrefois une ferme très importante nourrissait et faisait vivre les habitant du village de Ruppertsberg. Champs de céréales et de légumes, arbres fruitiers et animaux de trait faisaient partie du paysage du Hofgut. L’agriculture a peu à peu été abandonnée à partir des années 1970. Les bâtiments et champs ont été laissés de coté jusqu’à sa reprise en 2006 par Jean-Philippe Aiguier, chef réputé dans le monde de la gastronomie.si

Dès lors il a mis toute sa motivation et son énergie pour transformer les lieux en un paradis terrestre. S’alliant de collaborateurs aussi acharnés que lui, il a non seulement monté en 6 ans un restaurant 100% bio mais aussi créé une oasis de biodiversité où cohabitent oies, poules et canards ainsi qu’un verger, un jardin aromatique et un jardin aux fleurs. Les cuisiniers y coupent les herbes dont ils ont besoin. Les fruits et les œufs ramassés font le bonheur du pâtissier. Enfin, les épluchures retournent en terre par l’intermédiaire du compost.

Restaurant et jardin sont labellisés Bioland, une référence en Allemagne.

Les tâches du / de la volontaire
Les tâches à effectuer sont essentiellement dictées par l’activité du restaurant qui représente le cœur du Hofgut.

L’été, tout se passe dehors. Le domaine doit être choyé pour le grand plaisir des yeux. Les plantes et les animaux ont besoin d’eau, l’herbe doit être tendue, les herbes vivaces (il n’y a pas de mauvaises herbes ici !) sont réduites et les sarment de vigne doivent être tronçonnés pour le barbecue. Les groseilles, cassis, framboises et autres délices attendent d’être récoltées. Un coup de main est demandé en cuisine pour les laver et les préparer en cuisine.

L’automne et ses premières fraîcheurs. La chaleur des derniers rayons de soleil faiblit et la terrasse est rapidement rentrée. Le jardin est préparé pour l’hiver. Un petit coup de peinture par-ci, un coup de balai pour ramasser les feuilles par là et un grand coup de main aux cuistots qui ont besoin d’aide pour préparer les oies de la St. Martin. Pas de panique, l’épluchage des pommes et des choix rouges n’est pas technique, il suffit juste de savoir manier l’économe avec souplesse !

L’hiver, on freine. L’activité du restaurant se réduit petit à petit jusqu’à la fermeture annuelle de février. Il faut toujours nourrir les animaux, même avec les doigts gelés. L’entretien est la réparation des bâtiments sont également à faire.

Le printemps signe le retour de la belle saison. Le jardin se réveille et le restaurant refait le plein. Les mais sortent des poches et sont remises dans la terre.

Comme vous le lisez, il y a beaucoup de travail mais il est très diversifié. Vous apprendrez à entretenir un jardin et à bricoler. Vous découvriez également le métier de cuisinier en jouant les commis ou même de serveur en aidant à installer la salle.

Logement et nourriture
Les repas sont pris en charge; l’hébergement est envisageable dans une collocation avec d’autres volontaires ou apprentis.

Particularités
Nous attendons des volontaires qui s’investissent de bon cœur avec une source de motivation propre. Au besoin, certains d’entre-nous parlent français.

Voir la description en allemand

Retour à la liste >